Beaucoup de gens sont convaincus que la santé désigne l’absence de maladie. Cette définition ne correspond pas au mode de pensée hygiéniste qui affirme que la santé est l’atteinte de son plein potentiel, à tous les niveaux: physique, physiologique et psychologique. Ainsi il n’est pas possible de clamer haut et fort que l’on est en bonne santé avant d’avoir expérimenté un mode de vie qui correspond mieux à celui pour lequel nous sommes conçus. Imaginez un athlète professionnel qui s’entraine avec une discipline parfaite, maitrisant tous les détails de ses mouvements, leur fréquence, leur durée et leur intensité, mais qui ne progresse plus. Il a atteint ce que la plupart des gens pourraient décrire comme la santé. Un jour l’athlète découvre l’alimentation crue et cela optimise le fonctionnement de son organisme de telle manière qu’il est alors capable de progresser encore, ce qui le transforme en champion… La santé au sens hygiéniste, c’est cette seconde situation, ou plutôt, c’est la situation qui, considérant tous les besoins vitaux et facteurs environnementaux, assure l’équilibre parfait de nos corps et esprits, à long terme. Pour terminer ce court article, je vous offre la traduction d’une citation de Bernarr MacFadden, l’un des pionniers du culturisme qui préconisait une approche globale de la santé:

« La santé est le bien le plus désirable de l’humanité. Il est le plus précieux, et pourtant, pour certains, la plus insaisissable de toutes les possessions. Sans sa présence tous les autres biens sont comparables au faible scintillement d’une bougie par rapport à la puissance et la gloire du soleil de midi, qu’elle représente. La possession de la santé transforme la vie en une joie perpétuelle. Rien n’intimide l’homme et la femme en possession de la santé. Rien ne les subjugue, rien ne les décourage, rien ne les domine. Elle est la source inaltérable de plaisirs indicibles et incalculables, et pourtant rarement appréciée avant le jour où ils ont disparu. Santé signifie vie, vigueur, spontanéité et énergie. Santé signifie clarté et force d’esprit, pureté et beauté de l’âme. La personne en bonne santé ne perçoit pas l’inconfort; elle le surpasse. Elle est le monarque absolu de toutes les situations. Elle domine la vie au lieu d’être dominée par elle. Elle n’est pas consciente des parties de son corps ou des fonctions qu’elles exercent. Elle est un être unifié, un homme entier, complet, dynamique, parfait, heureux, car en bonne santé. Pour une telle personne le travail est une joie, les obstacles sont des opportunités et les difficultés des moyens de triomphe total. Elle ne connaît pas la lassitude, la langueur, la fatigue et l’épuisement, à l’exception de la fatigue et de l’épuisement sains, faciles à recouvrer, provenant de la force et de la vigueur exercées avec plaisir. Elle est un centre rayonnant de la vie physique, mentale et spirituelle. Saisir sa main est un plaisir, regarder dans ses yeux est une joie, entendre sa voix donne des frissons, et puiser dans son esprit est une incitation à s’améliorer. La santé, toutes autres choses confondues, est ce qui engendre le champion, l’expert, le « capitaine », à tous les niveaux. Elle procure le courage, l’assurance, l’audace, l’agressivité de la vie. C’est elle qui rend l’initiative possible, donne l’opiniâtreté efficace d’un bulldog, et assure le succès. »

« À proprement parler, un repas est composé de deux éléments: une nourriture spirituelle et une nourriture matérielle. Puisqu’un état d’esprit enjoué et des associations joyeuses nous permettent non seulement de profiter de nos aliments mais encore de mieux les digérer, l’amitié, la joie, le bon esprit, de bonnes anecdotes, de l’amour, et l’absence de distractions, d’irritations, d’amertume, etc. composent l’essence spirituelle d’un bon repas. La fatigue, la douleur, la colère, l’inflammation, la fièvre et les autres états émotionnels et physiques similaires ont pour effet d’assécher nos fontaines de sucs digestifs et de ralentir voire de stopper les mouvements normaux du tube digestif, conduisant à l’indigestion, l’inconfort et les empoisonnements. S’il y a de la douleur, de la fièvre et / ou de l’inflammation, sautez le repas; sautez autant de repas que nécessaire pour que les symptômes passent. Si vous êtes fatigué, reposez-vous un peu avant de manger. Il n’y a rien de mieux qu’une période de repos et de relaxation pour restaurer la vigueur fonctionnelle d’une personne fatiguée. Le rire favorise la relaxation et la tranquilité. À table laissez régner la paix et la joie en maîtres absolus. »

par le Dr Herbert M. Shelton, extrait du livre « Superior Nutrition » traduit en français par yours truly :)

Que dire de plus? Rien du tout! Parfois il est bon de garder le silence et de contempler pour se laisser inspirer…