Aujourd’hui j’ai compilé pour vous une liste des bénéfices majeurs que vous pourrez rencontrer si vous adoptez comme moi une alimentation crudi-végétalienne hypolipidique. (« Hypolipidique », ça veut dire « dont le nombre de calories provenant des matières grasses est très limité par rapport aux régimes alimentaires standards ».)

- Digestion rapide et facile (absence de flatulences et ballonnements, pas de mauvaise haleine, absence de glaire, selles parfaites, élimination rapide et efficace)

- Affinement des sens du goût, de l’odorat et de la vue

- Immense clarté d’esprit et efficacité mentale accrue

- Amélioration mesurable des capacités physiques (récupération plus rapide, respiration plus facile, diminution du pouls, augmentation de l’endurance, de la force musculaire et de la flexibilité)

- Propreté sur tous les plans (absence d’odeur corporelle, pas de mauvaise odeur de la transpiration, des urines et les selles, plus besoin de shampooing ou de savon pour le corps, peau plus douce et non-grasse, teint éclatant, éclaircissement des pupilles et des sclérotiques, cheveux soyeux non-gras et sans pellicules, plus besoin de savon à vaisselle, plus de génération de déchets non-compostables)

- Humeur constante, état émotionnel positif et sérénité permanente

- Sentiment d’être plus vivant et d’exister pleinement, de faire un avec la nature, de prendre soin de la Terre, d’être vrai et fidèle à soi-même, sensibilité et ouverture d’esprit accrues, moins de jugement pour les autres

- Diminution de la sensibilité au soleil (plus de coups de soleils même sans crème solaire)

- Augmentation de l’estime de soi, disparition des comportements auto-destructeurs ainsi que de toutes tentations (toxicomanie, envie, luxure, etc.)

- Augmentation de la biophilie (amour pour la nature) et rapprochement avec les plantes et les animaux

- Amélioration globale de la santé (plus de maladie et de grippe, absence de frilosité, hydratation parfaite, poids et taux de graisse idéaux, composition parfaite du sang, sommeil réparateur et profond, grande énergie)

- Guérisons de maladies chroniques et problèmes de santé récurrents, parmi lesquels: l’asthme, le rhume, les sinusites, la toux, l’acné, l’eczéma, la rosacée, le psoriasis et autres problèmes de peau, les allergies de toutes sortes (même celles qui ne sont pas à priori liées à l’alimentation), la fatigue chronique, les douleurs et maladies articulaires, l’hypertension, le diabète, l’hypoglycémie, la dépression, la maladie d’Alzheimer, l’insomnie, la candidose, le déséquilibre hormonal, l’hyperthyroïdie, le syndrome prémenstruel et la dysménorrhée, la constipation et les hémorroïdes, le syndrome du côlon irritable, les aphtes et ulcères buccaux, les migraines et maux de tête, etc.

Voila! Si avec ça vous n’êtes pas encore convaincus, n’hésitez pas à me contacter, et je me ferai un grand plaisir de répondre à vos questions dès que je le pourrai!

On me pose souvent la question « Quel est le meilleur régime alimentaire? » ou bien « Quelle est la meilleure façon de manger? » J’ai donc pensé qu’il serait utile d’écrire un article sur le sujet, car la réponse n’est pas aussi simple que l’on pourrait le croire. En fait, il n’y a pas même pas de vraie réponse, ou bien si, il y en a une, mais elle risque de ne pas en contenter beaucoup: « La meilleure façon de manger, c’est celle qui vous convient, c’est-à-dire celle qui vous permet de vous sentir le mieux. »

Bon, d’accord, je vais élaborer un minimum :) En premier lieu, lorsque l’on traite de santé, pour ne pas tomber dans le piège de la vision fragmentée, il s’agit de toujours replacer l’alimentation comme l’UN des facteurs du contexte global de l’environnement naturel, MULTI-factoriel, qui permet d’atteindre son plein potentiel. Je répète souvent autour de moi que manger cru ne sert pas à grand-chose si on ne dort que 5 heures par nuit… Il est donc bon de commencer par une analyse de son mode de vie afin d’y trouver le « maillon faible », le facteur de santé qui est le plus laissé-pour-compte, c’est-à-dire celui qui est le plus éloigné de son état naturel. Manger mieux, oui, c’est important, car la plupart des gens ne mangent pas correctement, mais ce n’est pas forcément cela qui donnera le meilleur gain de santé.

Ceci étant bien précisé, si l’on se concentre sur le facteur « alimentation », celui-ci est constitué d’une multitude de sous-facteurs, et il est donc sujet lui-aussi au piège de la vision fragmentée. Ce n’est pas parce que l’on mange « 100% cru », parce que l’on consomme de la spiruline ou un autre aliment miracle que l’on se sentira mieux. Malgré mes éloges pour le livre « Le Régime 80/10/10″ du Dr Graham, je dois avouer que ce livre n’est pas une recette miracle qui conviendra à tout le monde. Si il est un livre très important pour moi c’est surtout parce que c’est celui qui m’a initié à l’hygiénisme, en dépassant souvent le contexte du facteur « alimentation ». Aucun régime, aucune recette, aucun écrit ne peut prendre en compte l’unicité de chaque personne et proposer une alimentation convenant parfaitement à sa situation propre. Le seul moyen d’améliorer notre santé est de nous étudier nous-mêmes, de comprendre notre fonctionnement propre, d’expérimenter, de réaliser et accepter nos erreurs, puis de les corriger, et souvent aussi, de DES-apprendre ce que nous pensons être des vérités afin de pouvoir mieux RE-apprendre, car notre éducation nous a lavé nos cerveaux d’une manière telle que nos idées et principes sont souvent contraires à la Nature, notre vraie Nature Humaine.

Pour vous faciliter votre travail d’étude et d’expérimentation personnelle, je vous propose la liste d’indications ci-dessous, qui je pense devrait vous permettre d’avancer dans la bonne direction (leur ordre importe peu):

1) Mangez Végétalien: la nocivité de la consommation de laitages, de viande, de poisson et d’oeufs, surtout dans le contexte des élevages intensifs actuels n’est plus à prouver. Beaucoup d’études le prouvent, l’une des plus significatives étant sans doute celle publiée dans le livre « Le Rapport Campbell ».

2) Mangez autant de Fruits et Légumes que possible: tous les docteurs et nutritionistes du monde sont d’accord sur le fait qu’augmenter la quantité de ces aliments dans nos réfections ne peut être que bénéfique. Si votre alimentation est également composée d’aliments cuits ou autres types de nourriture, donnez au moins aux fruits et légumes crus leur méritée place de rois: mangez-les en premier, lorsque votre estomac est vide. (Il est généralement néfaste de les placer en fin de réfection.)

3) Mangez Cru: la cuisson tue les aliments. Elle les transforme, les rendant parfois même cancérigènes, les prive de leurs enzymes, est responsable de la leucocytose digestive, etc.

4) Mangez Complet: le raffinage, c’est-à-dire l’extraction par des procédés mécaniques et/ou chimiques d’un ou plusieurs composants d’un aliment, est contraire à la nature. Ceci est vrai autant pour les aliments crus, comme les huiles « premières pression à froid », que pour la farine ou tout autre poudre végétale, ainsi que les vitamines, superaliments, « Actimels » et potions magiques… Notre système digestif est conçu pour digérer les aliments dans leur état naturel, avec leurs fibres.

5) Mangez Frais: les fruits et légumes perdent un nombre impressionnant de leurs nutriments en seulement quelques heures après leur cueillette. Ne parlons même pas des aliments emballés, transportés, importés, desséchés, etc., qui sont des aliments morts!

6) Mangez Mûr: une banane dont la peau est jaune contient encore beaucoup trop d’amidon pour être digeste. Avant de la consommer, il faut attendre qu’elle ait au moins beaucoup de tâches brunes pour s’assurer qu’une grande part de l’amidon ait été transformé en sucres simples, seuls les glucides simples étant assimilables par l’organisme. La difficulté voire l’impossibilité à digérer est générale pour l’état « vert » de tous les fruits, et parfois l’état « mûr » d’un fruit ne dure que quelques heures. Savoir choisir/cueillir un fruit « à point », et savoir faire mûrir les fruits sont des compétences longues à acquérir!

7) Mangez Biologique: le monde du bio se développe et devient peu à peu une industrie de masse, avec tous ses problèmes (notamment éthiques), mais pour ceux qui ne peuvent pas planter et récolter dans leur jardin ou celui de leur voisin, c’est sans doute la meilleure garantie de qualité, car la certification bio assure une utilisation minime des insecticides, pesticides et engrais non-naturels.

8) Mangez Peu de Matières Grasses: les lipides sont difficiles à digérer, ont besoin de sécrétions gastriques spécifiques et peuvent ralentir la digestion de plusieurs heures. Des études montrent qu’une contribution de plus de 15% de nos besoins caloriques par les lipides n’est pas favorable à la santé. L’une des erreurs majeures commise par les végétariens, les végétaliens et surtout les crudivores est d’augmenter leur consommation de lipides, et leur niveau de santé est alors plus faible qu’avant leur changement de régime alimentaire.

9) Mangez selon Votre Faim: réapprendre à écouter les messages de son corps est primordial. La sensation de faim est très différente de la sensation d’appétit, c’est ce qui explique que l’on éprouve pas de sensation de faim avant 2, 3 voire 4 semaines durant un jeûne à l’eau. Un corps malade n’a pas faim. Manger selon un horaire précis n’est pas naturel. Chaque jour nos besoins sont différents.

10) Mangez en Modération: sur n’importe quel régime alimentaire il est possible de manger trop. On le fait souvent pour des raisons émotionnelles, pour fuir nos soucis et notre anxiété, car la grande énergie utilisée par la digestion réduit l’activité du cerveau. Dépasser les capacités digestives de l’organisme rend léthargique… D’autre part, des études concluent que les personnes qui sortent des repas avec « encore une petite place dans l’estomac » ont une meilleure espérance de vie.

11) Mangez Simplement: moins on prépare, moins on mixe, découpe, presse, et moins on fait de recettes compliquées, moins on recherche la subtilités multi-goûts en faisant des mélanges, plus simple sera la digestion et plus facile sera l’absorption des nutriments par le système digestif. C’est un mythe de penser qu’il faille varier les aliments au jour le jour.

Il existe peut-être quelques situations exceptionnelles, pour lesquelles l’une ou plusieurs de ces indications ne seraient pas les plus appropriées, comme par exemple pour des personnes cancéreuses en phase terminale, mais je prends le risque de les publier car si tout le monde les prenait en compte la Sécu ferait sans doute faillite demain.

Bonne étude de vous-mêmes, et bonne route!

La majorité d’entre nous est en guerre. Il faut le savoir, car pour ne pas y perdre sa peau il faut être bien armé. De plus, un bref état des lieux montre que le conflit en question est ignoré par la population quasi-entière. Malheureusement, je ne pourrai pas vous armer pour survivre au sein de ce conflit. Par contre je pourrai vous dire comment y mettre fin, sachant que l’armistice ne tient qu’à votre propre volonté. Vous avez un pouvoir de décision absolu sur l’issue de cette guerre.

Avant de décrire plus en détails de quelle guerre je parle, sachez d’abord que sa durée moyenne est généralement un peu moins de cent ans, et que les femmes sont d’habitude sur le front plus longtemps que les hommes. Vous l’avez peut-être deviné, oui, les cent ans, c’est votre vie, votre seul vrai capital sur cette Terre. Pour certaines personnes, celles qui ont une vie difficile, affectée par une santé fragile liée aux mauvais choix et motivations erronées de la société, cent ans ça peut paraître inaccessible. Pour d’autres, ceux qui n’abusent pas de leur organisme, cent ans c’est souvent court. Mais évitons le débat de la longévité humaine théorique (en moyenne les animaux vivent sept fois leur age de maturité – pour les hommes cela correspond à 150 ans) et intéressons-nous plutôt à l’état de notre organisme durant sa vieillesse.

Aujourd’hui, on meurt majoritairement des maladies cardio-vasculaires et du cancer. Cela veut souvent dire que les 5 ou 10 dernières années de vie sont une souffrance continuelle, dans un corps à peine capable de se mouvoir, dirigé par un cerveau comateux sous l’emprise des médicaments. Ce type de vieillesse n’est pas normal et pas naturel du tout: les animaux sauvages, eux, ne connaissent pas les attaques cardiaques, les triples pontages coronariens et les tumeurs.

Pour la guerre, patientez encore un peu, je dois d’abord finir de dessiner l’arrière-plan. La cause majeure des maladies cardio-vasculaires et du cancer, c’est une mauvaise alimentation. Tout le monde le sait, mais on préfère prendre des anti-coagulants et autres médicaments-nocifs-aux-effets-secondaires-pervers-enrichissant-les-groupes-pharmaceutiques, plutôt que de changer sa manière de manger. Pendant notre jeunesse nous abusons de notre organisme à chaque bouchée de nos repas et préparons ainsi notre vieillesse à devenir cette souffrance continuelle, dans ce corps quasi-invalide, devenant un fardeau si lourd à porter pour notre entourage…

Ah, j’en oubliais presque la guerre, il est maintenant temps! Les guerriers, ce sont vos globules blancs. Lorsque vous mangez des aliments cuits, savez-vous que votre corps répond à vos repas en lançant une armée entière de globules blancs dans son sang pour faire face à cette agression? La bataille dure plusieurs heures après chaque réfection. Tous les scientifiques le savent, c’est bien-entendu la leucocytose digestive, sauf que personne n’en tient compte, et que les Bolino et les barbecues sont toujours au menu! Notez que cet effet n’existe pas lors de la consommation d’une majorité d’aliments crus.

Une fois de plus, le bon sens permet de conclure très clairement, après une simple observation de la Nature: pour arrêter cette guerre perpétuelle, pour pouvoir dépenser votre énergie envers des causes plus nobles, ou simplement pour respecter un minimum votre corps, votre temple sur cette Terre, évitez la cuisson, ou augmentez au moins en grande quantité votre consommation de fruits et légumes crus.