Beaucoup de gens sont convaincus que la santé désigne l’absence de maladie. Cette définition ne correspond pas au mode de pensée hygiéniste qui affirme que la santé est l’atteinte de son plein potentiel, à tous les niveaux: physique, physiologique et psychologique. Ainsi il n’est pas possible de clamer haut et fort que l’on est en bonne santé avant d’avoir expérimenté un mode de vie qui correspond mieux à celui pour lequel nous sommes conçus. Imaginez un athlète professionnel qui s’entraine avec une discipline parfaite, maitrisant tous les détails de ses mouvements, leur fréquence, leur durée et leur intensité, mais qui ne progresse plus. Il a atteint ce que la plupart des gens pourraient décrire comme la santé. Un jour l’athlète découvre l’alimentation crue et cela optimise le fonctionnement de son organisme de telle manière qu’il est alors capable de progresser encore, ce qui le transforme en champion… La santé au sens hygiéniste, c’est cette seconde situation, ou plutôt, c’est la situation qui, considérant tous les besoins vitaux et facteurs environnementaux, assure l’équilibre parfait de nos corps et esprits, à long terme. Pour terminer ce court article, je vous offre la traduction d’une citation de Bernarr MacFadden, l’un des pionniers du culturisme qui préconisait une approche globale de la santé:

« La santé est le bien le plus désirable de l’humanité. Il est le plus précieux, et pourtant, pour certains, la plus insaisissable de toutes les possessions. Sans sa présence tous les autres biens sont comparables au faible scintillement d’une bougie par rapport à la puissance et la gloire du soleil de midi, qu’elle représente. La possession de la santé transforme la vie en une joie perpétuelle. Rien n’intimide l’homme et la femme en possession de la santé. Rien ne les subjugue, rien ne les décourage, rien ne les domine. Elle est la source inaltérable de plaisirs indicibles et incalculables, et pourtant rarement appréciée avant le jour où ils ont disparu. Santé signifie vie, vigueur, spontanéité et énergie. Santé signifie clarté et force d’esprit, pureté et beauté de l’âme. La personne en bonne santé ne perçoit pas l’inconfort; elle le surpasse. Elle est le monarque absolu de toutes les situations. Elle domine la vie au lieu d’être dominée par elle. Elle n’est pas consciente des parties de son corps ou des fonctions qu’elles exercent. Elle est un être unifié, un homme entier, complet, dynamique, parfait, heureux, car en bonne santé. Pour une telle personne le travail est une joie, les obstacles sont des opportunités et les difficultés des moyens de triomphe total. Elle ne connaît pas la lassitude, la langueur, la fatigue et l’épuisement, à l’exception de la fatigue et de l’épuisement sains, faciles à recouvrer, provenant de la force et de la vigueur exercées avec plaisir. Elle est un centre rayonnant de la vie physique, mentale et spirituelle. Saisir sa main est un plaisir, regarder dans ses yeux est une joie, entendre sa voix donne des frissons, et puiser dans son esprit est une incitation à s’améliorer. La santé, toutes autres choses confondues, est ce qui engendre le champion, l’expert, le « capitaine », à tous les niveaux. Elle procure le courage, l’assurance, l’audace, l’agressivité de la vie. C’est elle qui rend l’initiative possible, donne l’opiniâtreté efficace d’un bulldog, et assure le succès. »

J’ai récemment été interviewé par le magnifique magazine Grandir Autrement pour témoigner de mon expérience de l’alimentation vivante. Mon témoignage apparaît dans le magazine lui-même, mais également sur cette page du blog Grandir Autrement, parmi beaucoup d’autres témoignages, sous la section « Alimentation Frugivore ». Attention, car il y a beaucoup d’informations et lire l’ensemble des témoignages risque de ne pas vous aider tellement, car les messages transmis sont assez contradictoires. C’est pour cette raison que je vous recopie mes mots ici:

« Depuis mes débuts sportifs, j’avais de l’intérêt pour les effets de l’alimentation sur mes performances, mais je n’avais jamais pris le temps d’étudier le sujet. En 2008, j’avais atteint une apogée dans mon mode de vie. J’étais parvenu au maximum de mes possibilités, professionnellement, physiquement et dans ma vie familiale. J’en faisais trop mais ne le percevais pas car je baignais dans un « nirvana mental » et stimulais continuellement tous mes sens. Une blessure me força au repos total, et soudainement je bénéficiais de près de 2 heures de temps libre par jour, ce qui me permit de faire des recherches et de découvrir l’alimentation vivante, puis l’ouvrage du Dr Doug Graham, The 80/10/10 Diet. Profitant de l’ouverture créée par le changement forcé de mon mode de vie et d’une période de plusieurs semaines où j’ai vécu seul, et n’aimant pas faire les choses à moitié, je décidais du jour au lendemain de m’alimenter selon les recommandations du Dr Graham, en consommant exclusivement des aliments d’origine végétale crus, complets, frais, mûrs et biologiques. Immédiatement, j’en ressentis des bénéfices conséquents : digestion facile, clarté d’esprit, meilleur sommeil, etc., et décidai de continuer à m’alimenter selon ce mode une fois ma famille revenue. Après bientôt trois ans d’alimentation 100 % crue, je n’ai aucun désir de faire marche arrière car les bénéfices sont bien trop importants : j’ai notamment guéri d’une maladie auto-immune réputée incurable. Je comprends de mieux en mieux le fonctionnement de mon corps, ses besoins caloriques et nutritionnels, et ses réponses aux prises alimentaires. J’évolue vers une vie de plus en plus instinctive. En bref, je m’établis dans ce régime pour le long terme, sans doute pour le reste de ma vie. Ma femme et mes enfants n’ont pas encore atteint le 100% cru, mais je n’ai pas la volonté qu’ils adoptent le même régime que moi. Mon souci principal est qu’ils comprennent les principes généraux de l’alimentation saine… On peut manger cru de manière bien pire que cuit, en commettant des erreurs fatales pour la santé ! Le livre The 80/10/10 Diet m’ayant tant apporté, j’ai commencé à organiser sa traduction. Le texte français devrait être publié début 2012. Je publie des articles à propos de l’alimentation crue et de l’hygiénisme sur mon blog : http://michelnature.com Avec ma famille, j’ai le projet de quitter le mode de vie moderne pour m’établir dans un jardin d’Eden, loin du stress. À suivre… »

Aujourd’hui j’ai compilé pour vous une liste des bénéfices majeurs que vous pourrez rencontrer si vous adoptez comme moi une alimentation crudi-végétalienne hypolipidique. (« Hypolipidique », ça veut dire « dont le nombre de calories provenant des matières grasses est très limité par rapport aux régimes alimentaires standards ».)

- Digestion rapide et facile (absence de flatulences et ballonnements, pas de mauvaise haleine, absence de glaire, selles parfaites, élimination rapide et efficace)

- Affinement des sens du goût, de l’odorat et de la vue

- Immense clarté d’esprit et efficacité mentale accrue

- Amélioration mesurable des capacités physiques (récupération plus rapide, respiration plus facile, diminution du pouls, augmentation de l’endurance, de la force musculaire et de la flexibilité)

- Propreté sur tous les plans (absence d’odeur corporelle, pas de mauvaise odeur de la transpiration, des urines et les selles, plus besoin de shampooing ou de savon pour le corps, peau plus douce et non-grasse, teint éclatant, éclaircissement des pupilles et des sclérotiques, cheveux soyeux non-gras et sans pellicules, plus besoin de savon à vaisselle, plus de génération de déchets non-compostables)

- Humeur constante, état émotionnel positif et sérénité permanente

- Sentiment d’être plus vivant et d’exister pleinement, de faire un avec la nature, de prendre soin de la Terre, d’être vrai et fidèle à soi-même, sensibilité et ouverture d’esprit accrues, moins de jugement pour les autres

- Diminution de la sensibilité au soleil (plus de coups de soleils même sans crème solaire)

- Augmentation de l’estime de soi, disparition des comportements auto-destructeurs ainsi que de toutes tentations (toxicomanie, envie, luxure, etc.)

- Augmentation de la biophilie (amour pour la nature) et rapprochement avec les plantes et les animaux

- Amélioration globale de la santé (plus de maladie et de grippe, absence de frilosité, hydratation parfaite, poids et taux de graisse idéaux, composition parfaite du sang, sommeil réparateur et profond, grande énergie)

- Guérisons de maladies chroniques et problèmes de santé récurrents, parmi lesquels: l’asthme, le rhume, les sinusites, la toux, l’acné, l’eczéma, la rosacée, le psoriasis et autres problèmes de peau, les allergies de toutes sortes (même celles qui ne sont pas à priori liées à l’alimentation), la fatigue chronique, les douleurs et maladies articulaires, l’hypertension, le diabète, l’hypoglycémie, la dépression, la maladie d’Alzheimer, l’insomnie, la candidose, le déséquilibre hormonal, l’hyperthyroïdie, le syndrome prémenstruel et la dysménorrhée, la constipation et les hémorroïdes, le syndrome du côlon irritable, les aphtes et ulcères buccaux, les migraines et maux de tête, etc.

Voila! Si avec ça vous n’êtes pas encore convaincus, n’hésitez pas à me contacter, et je me ferai un grand plaisir de répondre à vos questions dès que je le pourrai!

Le sommeil. Un vaste sujet dont je voulais parler sans tarder sur MichelNature.com, car il est l’une des composantes principales de la Santé.

L’action de dormir (car dormir est tout le contraire de l’inaction) devrait représenter une période égale à un tiers de notre vie, c’est-à-dire huit heures par jour pour l’adulte moyen. Cette durée doit être revue à la hausse pour les nourrissons, les enfants et les personnes stressant leur organisme plus que la moyenne, comme les athlètes (stress physique), les managers (stress mental), etc.

Comment savoir si l’on dort suffisamment? La réponse est simple: si l’on ne se sent pas fatigué! Avez-vous besoin d’une alarme pour vous tirer du lit le matin? Au lever, êtes-vous motivés pour continuer tous vos projets, et pour en commencer de nouveaux? Comment varie votre niveau d’énergie durant la journée: avez-vous besoin de stimulants? Un petit café après le déjeuner est-il nécessaire pour booster votre après-midi? En rentrant du travail, avez-vous tendance à dodeliner? Avant de vous engager dans une activité physique, votre corps est-il encore endolori par la précédente? Si vous faites du sport, quel est le niveau de force mentale nécessaire pour vous pousser à aller vous entraîner? Voila des exemples de questions paraissant appartenir au bon sens, mais que l’on évite souvent de se poser, car la société moderne nous éduque à nous surpasser, dès notre plus jeune age, pour être le meilleur, pour constamment accroître notre efficacité, pour gagner la compétition. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: il y a deux générations on dormait en moyenne une heure de plus par nuit, c’est-à-dire 15%! Autre statistique: la fatigue est la cause numéro un des accidents industriels. Voulez-vous connaître votre niveau de santé vis-à-vis du sommeil? Alors faites le test de somnolence d’Epworth, disponible par exemple ici, ici ou ici. Si votre score est plus de 6, vous devriez dormir plus, et il est sûr que de nombreux lecteurs de ce blog ont plus de 10!

J’ai moi-même fait les frais d’un manque de sommeil. Il est évident que ce manque a été l’un des facteurs principaux dans l’établissement de ma spondylarthrite ankylosante. Et je suis certain de pouvoir étendre cette affirmation à toutes les maladies auto-immunes: le stress excessif, non compensé par un sommeil suffisant (réparateur!) joue un rôle prépondérant dans la création de ces maladies. Ma logique est simple: les maladies auto-immunes n’existent que dans les sociétés modernes, où la privation de sommeil est monnaie courante. Dans mon cas, le stress était autant physique (pratique de l’ultra-marathon) que mental (emploi ayant des responsabilités de manager). J’étais très fatigué, étant constamment sur le qui-vive, brûlant la chandelle par les deux bouts, mais masquais ma fatigue de différentes manières: par une stimulation constante de mon corps (alimentation grasse et épicée) et une force mentale hors du commun (souvent propre aux ultra-marathoniens). Le ressentir de ma fatigue n’était pour moi qu’un nouveau challenge me permettant de repousser mes limites encore plus loin.

Tous les animaux dorment (sauf le requin, mais considérons-le comme une exception car généralement on évite ce genre de créatures…). Quelles sont les fonctions principales du sommeil? La regénération et la réparation de l’organisme et du cerveau, ainsi que le renforcement des systèmes immunitaire et cardio-vasculaire. La privation de sommeil affecte le cerveau en diminuant la clairvoyance mentale et les fonctions cognitives, rendant difficile la prise de décision. Elle trouble également l’appétit, pouvant le masquer ou au contraire instaurer un état boulimique. L’une des conséquences de cette privation est la recherche de stimulation sensorielle par la malbouffe, la cigarette, le café, la télévision, la musique excitante, etc., entraînant des spirales d’effets néfastes. Le sommeil est un état actif. Un exemple évident de cette activité est la phase REM (Rapid Eye Movement) durant laquelle les yeux se meuvent selon les ondes électro-magnétiques cérébrales.

La recherche démontre que la réparation du corps est la plus importante durant la première moitié de la nuit, alors que la seconde régénère les capacités mentales: une bonne raison pour aller se coucher avant minuit, surtout si vous êtes sportifs. Au fait, savez-vous que les kenyans sont allongés jusqu’à 18 heures par jour en période d’entraînement intensif? Beaucoup d’autres sportifs, comme le tennisman Federer, dorment au moins 10 heures par nuit. Vous avez des insomnies et pensez qu’un coucher tardif est nécessaire à votre endormissement? Cette raison ne tient pas debout. Il faut en rechercher la cause première et la résoudre. Vous pourriez par exemple avoir besoin d’accroître votre activité physique, de boire moins de café, de manger moins épicé, de manger en moindre quantité, de consommer votre dîner moins tard, de regarder moins de télévision, de vous relaxer plus… Réfléchissez, faites vos propres tests, demandez conseil à des personnes compétentes (évitant la médecine conventionnelle!) et vous trouverez. Votre but doit être l’inclusion d’une quantité de sommeil suffisante à votre routine journalière.

En conclusion, tâchons de garder à l’esprit que le sommeil n’est pas un coma mais une activité essentielle de notre existence, qu’il faut respecter intensément et pratiquer en quantité suffisante si l’on désire être en bonne santé. Toute atteinte à la durée et/ou la qualité du sommeil aura des conséquences négatives, de façon immédiate ou différée. Pour étendre vos connaissances, je vous conseille ce lien: Sommeil Et Vigilance au Travail. Sur ce, je vous souhaite une bonne gestion de votre sommeil et une bonne nuit. Ah, et continuez de dormir au lieu de sonner les matines!